AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rejoignez nous vite sur la nouvelle versio de SnS ! Totalement libéré des contraintes de forumactif, nous vous proposons un forum de qualité : http://www.shinobinosedai.com/index.html

Partagez | 
 

 [Flash Back] Un mal nécessaire ...

Aller en bas 
AuteurMessage
Ketten Kureijīshi
Jounin de Suna (Nord)
Jounin de Suna (Nord)
avatar

Arrivée sur SnS : 19/04/2013
Messages : 36

STATISTIQUES RPG

NIVEAU: 3

EXPERIENCE:
16/90  (16/90)

POINTS DE COMPETENCES:
99/600  (99/600)

MessageSujet: [Flash Back] Un mal nécessaire ...   Mer 24 Avr - 9:41










L’hôpital bordé par la nuit était calme, le silence régnait dans ces couloirs, sur deux étages, en fonction des services, on pouvait attendre le "bip" réconfortant d'une vie qui perdure. Dans cette nuit encore jeune, dominé par les rayons d'argent qui peinent à passer les nuages joueurs, des ombres se découpent à partir de plus grande, l'éclat d'un Kunai ou celle d'une arme plus importante. Les reflets s'estompèrent, la lune se dévoila au moment ou les ombres attaquaient le bâtiment par petit sauts, certain montant la façade, d'autre préférant s'approcher avec lenteur de la porte principal.

Dans l'hopital, les bruits de pas se mirent à résonner dans le silence ambiant, les ombres descendirent du plafond, comme de petites gouttes d'eau sombres, ils hésitèrent, quelques brefs mouvement et ils se séparèrent, dans le lieu la porte d'une chambre s'ouvrit au passage des être drapés de noir, le regard suivit leur course puis referma la porte. L'être s'avança dans la chambre vide, le lit défait montrait qu'une personne y avait siéger, au pied du lit un électroencéphalogramme montrait une courbe plane, celui d'un être végétatif. L'être souleva le matelas, tirant un Kunai de sa cachette un nouvelle arrivage de pas le fit se cacher derrière le lit, mais bien vite les bruits disparurent laissant la bruyante absence de sons reprendre ces droits, tout semblait hostile dans l'endroit gouverné par les ombres.

- Une troupe, deux troupes, il y en a autant de dehors Muyo nous devons partir indiqua une femme, assise dans le coin d'une pièce, sous elle un sceau noir soutenait la technique qu'elle réalisait

Un peu plus loin, un homme se tenait debout face à une double ou gouttait un liquide cramoisie, la table trembla, une voix s'éleva "Laissez moi partir Muyo-san", l'homme fit luire un scalpel puis abattit sa main, il y eut un gargouillis puis le silence revint, la jeune femme sur son sceau fermait les yeux, écoutait quelques choses d'autre, mais elle savait pertinemment ce qui se passait à quelques pas d'elle, tous ces sens accaparé par une chose qu'elle maîtrisait trois étages plus haut n'excusait en rien sa présence passive dans ces lieux.

Muyo se tourna vers sa femme, recouvert de sang, il se saisit de l'homme sans vie sur la table et l'envoya dans un coin, le corps heurta le mur dans un bruit mou puis il tomba sur d'autre corps. Un enfant s'approcha, âgée de huit ans, il se mit à ouvrit le nouveau venu, retirant scrupuleusement nerf et autre chose pouvant être utile, l'enfant faisait cela comme un chirurgien, le sourire aux lèvres le regard vert braqué sur ces petites éclaboussements de sang qui venait lui titiller le visage.

- Ketten, rapporte les nerfs et le centre du chakra sur l'autre table prêt de Tsuki lança l'homme, le jeune enfant arrêta de jouer avec le mort, traînant derrière lui la commande de son père jusqu'à une autre table placé un peu plus au fond de la pièce.

L'homme se déplaça jusqu'à la table, regardant les découpes de son fils, il le fit s'approcher de la table, un être regardait fixement le plafond, le cors ouvert, un mélange organique et de bois.

- Regarde bien mon fils, je vais t'expliquer ce qui va propulser notre clan au rang qui lui est dut dit il

L'être avançait dans les couloirs, Kunai à la main, essayant de se dissimuler au mieux quand les bruits de troupes revenaient. Les ninjas dans l'établissement avait terminer de fouiller le premier étage, le second était en court et le rez-de-chaussez abritait ceux qui dirigeait les trouves tel de grand maestro à coup d'ordre et de cris. Le bâtiment s'emplissait doucement de bruit et plus les recherches se montraient infructueuse, plus les petits soldats ne faisaient plus attention au bruit. L'être tourna dans une chambre, un être vêtu de noir passait entre les lits des blessés grave, le regard à l'affut, l'être passa dans son dos posant ces mains sur lui, ce dernier ne put bouger, un rapide mouvement autour de son coup et le ninja tomba inanimé sur le sol. L'être se vêtit des vêtements du mort, mit le cadavre sous le lit puis sorti de la chambre, prenant son élan, il courait aussi vite que les autres.

Observant les hommes, l'être envoyait les informations à la femme qui un étage plus bas les répétaient à l'homme qui continuait de montrer quelques choses de très important à son fils. Ketten passionné par ce qui se faisait devant ces yeux, ne se posaient pas la question sur pourquoi sa famille devait se cacher pour réaliser de tel chose. Aidant son père, la chose sur la table eut un réflexe leur deux se regardèrent et explosèrent de joie, Muyo leva les bras, il avait réussit.

L'être déguisé se faufilât au plus proche des recherches du rez-de-chaussez, observant si les hommes approchaient ou non de leur cachette. Une ombre recouvrit l'être qui se retourna, le regard braqué dans deux pupilles noirâtre, la jeune femme assise dans le sceau déglutie, l'être explosa, libérant morceau de bois et divers mécanisme sur tout l'étage. L'ombre agrippa la tête, la liaison n'était pas encore rompu.

La jeune femme se leva d'un bon, évitant les tables pour agripper son maris par les habits, le faisant redescendre sur terre, devant le regard affolé de la jeune femme, ce dernier comprit que les choses allaient mal se terminer. Il espérait que les mots redoutés ne sortent pas de la bouche de sa femme.

- Le Kazekage est là ! dit elle, l'homme frissonna, envoyant un Kunai à son fils, il contourna sa femme, cette dernière cachat le pantin, nouvelle création de son maris et de son fils parmi les cadavres déjà empilé.

- Ketten tue les autres cobaye ! Et va dans la chambre du fond n'oublie pas de fermer la porte derrière toi lui dit son père, joignant les mains devant lui, trois corps se mirent à te se mouvoir sur leur chaise, jusqu'à la, ils n'avaient été que pantin désarticulé, mais le père venait d'activer l'art de son clan, ce même art qu'il avait lui même mit au point.

La jeune femme fit un bisous sur le front de son enfant, puis joignit à son tour, deux marionnettes vint rejoindre ceux de son maris, les deux s'embrassèrent puis allèrent se cacher dans la pièce, les corps réanimé vinrent s’asseoir en face de la porte, leur yeux humains fixaient d'une étrange intensité l'unique sortie et entrée de l'endroit.

Ketten alla dans l'arrière salle, dans une cage cinq personne attendaient prostré dans un coin, espérant une libération prêt à tout pour cela, l'un interpella l'enfant, mais ce dernier ne les écoutaient pas, il prenait l'ordre de son père comme une punition, voilà que les jeux étaient terminé et il devait s'enfermer dans la chambre. Fouillant l'établit de son père, il trouva deux bombes à sembon, des armes que l'ont réserve aux marionnettes, mais il était simple de les activer à la main. Ketten s'approcha des grilles et envoya les deux objets dans la cage, allant se planquer derrière un mur, ils explosèrent, ils y eut de nombreux cris puis le silence, l'enfant passa la tête, tous les prisonniers étaient mort, il les regarda un moment et décida de faire la dernière chose que son père lui avait demandé.

Entrant dans sa chambre, il sortie de sous le lit de fortune un étrange jouait de la taille d'un chat c'était lui qui l'avait fabriqué, on pouvait voir les sceaux du clan zébré de manière incertaine, le plus important c'est que cela fonctionne pensait le jeune homme, déposant sa création devant la porte de sa chambre, il ferma la porte, activant un sceau qui verrouilla l'endroit, impossible de sortir sans une force extérieur. Assis au centre du sceau du clan, Ketten soupira.

Devant la porte, l'animal mécanique se mit à trembler, puis doucement à ce mouvoir, une patte après l'autre, le regard cherchant un repaire. Ce n'était jamais simple de manipuler une marionnette, en tout cas Ketten n'en avait pas l'habitude, ces gestes étaient désordonnés et il lui fallait toutes son attentions pour réussir une bonne coordination, on était loin de son père qui manipulait trois marionnettes humaines en plein combat. La chose qui devait ressembler à un chat se déplaça jusqu'à la pièce principal, tout était recouvert de poussière, un bras tomba non loin du chat puis se fut une tête, il reconnu une marionnette à sa mère.

Le KazeKage avait fait voler la porte en mille morceau, les marionnettes trop proches furent balader contre les tables d'opération, des courants d'air brutaux vinrent en mettre un en pièce, alors que les autres se réunissaient, le Kage vint se mettre à coté de l'un et le broya d'un coup sentant bon le chakra et le futon mélangé. La poussière fut chasser par quelques brin d'air, se tenant en face des marionnettes, le Roi n'avait que faire des jouets du clan.

- Muyo sa suffit ! Montre toi ou j'extermine tout et je termine par ton clan ! balança le Kage

Le chat c'était planqué sous une table, inerte, la tête levé pour voir au mieux, dans sa chambre, Ketten déglutie, même sans être physiquement présent, il ressentait le chakra et la hauteur du Kage. Un pied apparut devant sa vision, puis les voix de ses parents retentirent.

- D'accord Kage, pas besoin de nous menacer ainsi, je croyais que c'était une attaque ennemie dit Muyo, les marionnettes étaient retombé dans leur état végétatif, visiblement les deux parents avaient décidé de jouer franc jeu

La Kage s'approcha de l'homme l'attrapant par les vêtements pour l'envoyer valdinguer contre un mur

- Comme ose-tu Muyo ! Tu dépasse les bornes ! Ce sont des innocents que tu dissèque des ninja, des civiles du village ou protéger par celui-ci ! cria le Roi, la garde rapproché de ce dernier maintenait la femme agenouillé, n'osant faire face à la colère du Kage, elle regardait le sol avec insistance

- C'est pour le village, le sacrifice de quelques blessés pour la grandeur de leur patrie n'est pas chère payé ! Mon art vous sera utile moins de perte plus de précision ! dit l'homme faisant fie de la douleur qui frappait son corps après le coup qu'il avait reçus, Muyo avait ouvert les bras en disant cela, la colère se peignait dans son regard, le Kage lui fonça dessus une pluie de coup vint mettre l'homme à terre

- Tu dois la vie au village et ces habitants civile comme ninja, les sacrifier n'est pas une chose acceptable lui dit le Kage, soulevant l'homme, il l'envoya dans les bras de deux Anbu resté prêt de la porte enfoncé.

Les deux comprirent immédiatement ce que cela voulait dire, il emmenèrent Muyo en le soulevant par les bras, direction la prison, le roi ne pouvait faire passer cela, il fit un geste, deux autres ninja souleva la femme pour la remettre sur ces pieds. Après un moment de silence, elle osa lever les yeux, remplie de défis elle bouillait de rage.

- Ou est votre enfant ? demanda le Kage

La jeune femme fit un mouvement de la tête vers l'arrière, le roi soupira.

- Vous emmenez votre enfant dans cette boucherie dit il dépassant la femme

- Il est enfermé dans une chambre, nous ne sommes pas sans coeur dit elle

Le Kage s'arrêta, enjamba les cadavres pour se retrouver dans l'arrière salle, les murs étaient remplie de sembon, cinq mort siégeait dans une cage, il préféra les oublier pour le moment. le roi trouva la chambre facilement posant la main sur le sceau, il rompit le sort.

La porte s'ouvrit sur un lit ou un enfant se pelotonnait contre le mur, à la vue du Kage ce dernier sembla se détendre un peu, il avança vers le Roi quand ce dernier le lui ordonna, arrivé à bonne hauteur, il prit l'enfant dans ces bras, lui masqua les yeux pour qu'il ne voit pas l'horreur de la situation. Il remonta l'enfant dans les bras puis confia son paquet à un Anbu qui disparut avec l'enfant. La mère regarda son fils se faire emporter sans sourciller, elle savait que Ketten ferait en sorte de jouer un rôle en leur faveur. Le Kage ordonna aux gardes d'emmener la femme en prison.

Ketten fut emmené dans une famille d'accueil, par la on entendait qu'un couple de ninja avait aménager une chambre ou l'enfant pouvait continuer sa vie en toute tranquillité. La nouvelle fit le tour du village, mais pour protéger un enfant qui ne devait être au courant de rien, le village tue leur indignation en sa présence, préférant l'apaisement au action forte pouvant transformer l'enfant en un monstre qui ressemblerait bien trop à ces parents. Les parents furent mit en quarantaine pendant une année, ce fut une décision du Roi, personne ne pouvait les voir, ils étaient entravé et ne pouvait parler à personne. Cette décision était autant pour l'enfant que pour lui, il voulait voir si les deux pouvaient être récupérer, peut être qu'une longue méditation leur redonnera un peu plus gout à la valeur de la vie des autres. Ce fut en regardant le village et le désert qu'il pensait encore que le clan Kureijīshi pouvait être sauvé.

~~~ Suite bientôt : Un an après

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketten Kureijīshi
Jounin de Suna (Nord)
Jounin de Suna (Nord)
avatar

Arrivée sur SnS : 19/04/2013
Messages : 36

STATISTIQUES RPG

NIVEAU: 3

EXPERIENCE:
16/90  (16/90)

POINTS DE COMPETENCES:
99/600  (99/600)

MessageSujet: Re: [Flash Back] Un mal nécessaire ...   Mer 24 Avr - 13:04










~~ [Un Ans Plus Tard ]~~


La porte s'ouvrit doucement, il y eut comme une hésitation, la voix du kage, Muyo resta impassible, mais il profitait au maximum de ses sens retrouvés, il n'était plus très sur de pouvoir parler à nouveau, il avait préféré rester silencieux depuis qu'on l'avait traîné dans salle le faisant sortir par la même de sa tour de solitude. Un homme fini d'ouvrir la porte, son regard passa sur le prisonnier en s'y attardant un peu. Muyo avait des guenilles sur le dos, son faciès était limé et sa peau blanche, une privation sensorielle et de soleil l'avait mi à plat et il ne pouvait pas le cacher, pas sous se masque mortuaire qui lui servait de visage. L'homme se raclât la gorge et vint se mettre derrière l'homme, dans l'embrasure de la porte se découpa une forme familière, celle du Roi, il se tenait devant lui, le regard toujours aussi froid même après un an de prison et d'isolement.

- Tu as une sale tête Muyo dit le Kage, s’asseyant en face de l'homme, la table qui les séparaient était solide, bien plus que le corps fatigué de l'homme entravé

- La faute à qui dit Muyo sans quitter la table du regard, il le fit monter le long du corps du kage pour aller se fixer dans le regard de ce dernier

Le roi fut surpris, avoir encore tant de colère après avoir été privé du plus important pour un corps, l'esprit enfermé dans sa prison de chaire finissait par devenir fou, mais l'homme qui se tenait en face de lui amoindris et affaiblis avait gardé une certain lucidité, le Kage mettait cela sur le compte d'une folie bien plus profonde à l'origine, sa l'avait préservé, dommage qu'il ne soit pas dans un pire état, peut être aurait il put retrouver une certaine humanité.

- Avant de commencer quelconque pour parlé et pour me prouver que vous tenez encore un temps soit peu au clan Kureijīshi, j'aimerais que vous me portiez un verre d'eau chère KazeKage dit Muyo, le roi fit un faible sourire puis s'écarta de la table pour se lever et sortir de la pièce

Une fois un peu plus seul, l'homme entravé pouvait enfin réfléchir de manière plus correcte, il c'était laissé embringué dans ces émotions, pouvoir parler entendre sentir, c'était une magnificence sans nom. Il devait s'enfuir, il ne pouvait pas rester en prison, sa femme l'attendait il le sentait et son fils que devenait il ? Une main vint s'appuyer contre son épaule, l'homme entrée un peu plus tôt se baissa jusqu'à son oreille.

- Je suis avec vous père dit l'homme, Muyo essaya de se tourner, mais il ne parvint pas à voir le visage de l'homme qui venait de lui parler, il était sur qu'il ne ressemblait pas à son fils, Le Kage m’empêche de vous voir depuis un an, mais surtout il me tient éloigné de la prison depuis votre sortie de l'isolement, je n'ai pas eu d'autre choix que d'utiliser Tsuki c'est la seule marionnette qu'il ne connait pas dit l'homme, revenu à sa place derrière son père.

Ketten avait réussit à récupérer Tsuki ce ne fut pas sans mal, sa famille qui l'hébergeait était pire que les Anbu de surveillance, il ne pouvait pas faire un pas sans qu'ils ne le suivent. Une nuit il avait réussit à se carapater pour rejoindre l’hôpital, quelques jours après l'emprisonnement de ces parents la pièce n'avait pas été nettoie car le Kage voulait que les meilleurs Kugutsu regarde chaque corps, chaque mécanisme, il fallait un certain temps pour tous les réunir et en laisser un entrer sans les autres allaient déclencher une guerre froide qu'il ne désirait pas. Ketten se glissa dans la pièce, sortie Tsuki de sous les corps qui le cachaient. Le manipuler était hors de question, il se mit donc en tête de le planquer dans une cachette qu'il était le seul à connaitre une niche qui siégeait entre les sol et le plafond faisant glisser le corps il apposa le sceau de la famille dessus, gardant ainsi les morceaux biologique dans un état correcte.

Une fois Tsuki sauvé il c'était mit a maîtriser au mieux les arts de son clan, les sceaux fondamentaux s'aidant de son jouet, il comprit par lui même ce qui était intéressant dans les impulsions traduit par le sceau du clan, pour devenir un bon manieur l'enfant eut un an, mais il ne s'arrêta pas la, appréciant son génie à sa juste valeur, il mit au point d'autre sceau, certain son père avait beaucoup travaillé dessus, un an après l'incident, le jeune garçon était au même point que son père avec quelques sceaux en plus. Il avait alors récupérer Tsuki qui se montra imparfaite en de nombreux points, mais depuis que ces parents sont enfermé, le Kage avait tout fait pour le tenir éloigner d'eux. Dans un premier temps ils furent condamné à une année d'isolation, pendant ce temps il lui était interdit de les voir, puis quand l'année fut écoulé le Kage devait donner sont autorisation choses qui ne fit jamais préférant s'absenté ou ignorer le gamin. Ketten avait donc fait en sorte d'introduire un Tsuki plus humain que jamais dans les noms de ceux qui escortait le roi pendant ces sorties dans les prisons, il était donc normal que Tsuki se retrouve prêt de son père lors de cette visite officiel.

Le père ne put s’empêcher de rire doucement, son fils semblait aller bien, mais surtout il n'avait pas perdu son temps pendant l'année écoulé, il maîtrisait parfaitement les déplacement humain avec une marionnette, l'homme était fière de son fils, mais pas le temps de lui dire, le Kage rentra à nouveau dans la pièce, déposant le verre d'eau devant le prisonnier, indiquant au garde de le détacher ce qu'il fit sans rien dire. Muyo se frotta les poignets qu'elle appréciable sensation que celle d'une liberté toute proche, l'espoir anime même les monstres visiblement.

- Comment va mon fils ? demanda Muyo buvant doucement son verre comme si c'était le dernier

- Il va très bien, il devient surement plus fort que son père ou sa mère fit remarquer le roi

L'homme resta pensif un moment, dans la salle l'atmosphère avait quelques choses d'étrange, si il ne se trouvait pas dans une prison, Ketten aurait pensé qu'il s'agissait d'un jutsu, mais le Kage semblait calme et son père n'avait pas assez de force pour faire un quelconque jutsu. Le silence resta donc comme il est, imperturbable et génant.

- Pourquoi êtes vous venu Kazekage ? demanda tout à coup Muyo, le Kage parut surpris mais revint vite à son habituelle faciès inexpressif

- Pour savoir ce que je vais faire de toi Muyo répondit le Kage, se levant de sa chaise, le garde s'approcha du souverain pour se mettre à ces cotés, Vous lui remettez ces chaines et vous pouvez le re donner à la garde en sortant fit il remarquer, l'homme baissa la tête en signe de compréhension, une fois le KazaKage sorti, il s'approcha de son père et lui remit ces fers.

- Je dois m'échapper avec ta mère dit Muyo, le garde continuait de refermer les fers l’empêchant ainsi de régénérer son chakra

- J'ai compléter le sceau sur lequel tu travaillais lui glissa son fils par une voix qui n'était pas la sienne

Le père eut un bref sourire, il suivit la marche quand le garde leva ces chaines pour le trainer en direction de la porte. le père plaqua sa main sur l'entrée.

- Prépare toi mon fils je creuse une idée lui dit il

A travers les yeux du garde, il vit son père disparaître au détour d'un couloir les chaines bien plus lourde que ces membres. Il portait le fardeau d'une année d'horreur et cela se ressentait même à travers le peu de chakra qu'il parvenait à distiller. Le garde se retourna, il devait sortir de la prison au plus vite, en principe le groupe ne s'attardait pas si le Kage n'y était pas, il tourna dans un couloir puis un autre et au détour du dernier une main vint se saisir de sa gorge puis il y eut une explosion le corps venait de heurter le sol avec violence, il ne pouvait plus bouger. Tsuki était une marionnette fabriquer et réparer à la va vite, les liens qui unissait les parties, les nerfs et le reste avait subit de grave dommage et une détérioration naturelle que Ketten n'avait pas réussit à réparer manque de temps et surtout de composant. Le corps lui perdait toute mobilité, les nerfs devait être touché, son regard passa sur l'attaquant, il fut surpris de voir un Anbu attaquer un des membres du village sans raison apparente.

Une main se posa sur son épaule, il ouvrit les yeux de surprise, le Kage se trouvait à coté de lui, un sourire paisible sur ces traits. Toutes concentration perdu, le sceau disparu. Son unique marionnette était venait de se briser en mille morceaux et voilà que l'homme qu'il croyait berné venait de lever le masque de sa petite supercherie. L'homme le fit se lever puis l'accompagna dans l'escalier qui descendait de la tour de guet du village, l'endroit ou on irait le moins chercher un enfant de neuf ans. Les deux descendirent l'escalier en silence puis une fois sortie le Kage fit s'arrêter le jeune garçons.

- J'ai un traître dans ma garde, il doit être mort maintenant dit il l'air pensif, contemplant le ciel bleu qui dominait le village, je n'aime pas qu'on fasse des choses dans mon dos quelques soit la bonne raison à cela fit il remarquer, souriant au gamin il s'en alla d'un pas lent et traînant.

Ketten tombât à la renverse, l'homme de la stature d'un Kage était terrifiant surtout quand il vous menaçait de manière implicite. Le plus important c'était que son père sache pour les sceaux, il les avait complété totalement, maintenant il devait voir comment sa allait se passer pour la suite.

~~ Suite Bientôt : Vers une seconde chance !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketten Kureijīshi
Jounin de Suna (Nord)
Jounin de Suna (Nord)
avatar

Arrivée sur SnS : 19/04/2013
Messages : 36

STATISTIQUES RPG

NIVEAU: 3

EXPERIENCE:
16/90  (16/90)

POINTS DE COMPETENCES:
99/600  (99/600)

MessageSujet: Re: [Flash Back] Un mal nécessaire ...   Mer 24 Avr - 15:05










~~ [Vers une seconde chance ]~~


- Quoi ?

La question résonna dans les couloirs de la prison porté par un vent doux et brutale à la fois. Le Kage se tenait en face de Muyo le point fermé contre la table, le regard essayant de comprendre ou commençait la ruse de la folie, Muyo se tenait droit devant lui depuis que son isolement était terminé, il pouvait enfin avoir les idées claires, manger et dormir de manière plus humaine. Il avait été étonné de ne pas retrouver Tsuki lors de cette rencontre avec le Kage, il avançait donc en aveugle espérant que rien n'était arrivé à son fils.

- Tu ne peux pas me demander sa brailla le Kazekage, coupant la table sans bouger une main, la lame de vent produite par son cris vint taillader la joue droite de l'homme imperturbable

- Tu as cas tous nous réunir, j'évoquerais ce que je viens de te demander, s'ils acceptent alors tu devra me faire cette faveur lui dit Muyo

Il n'y avait pas de folie dans le regard de l'homme, juste une certitude déconcertante et une envie de vivre, pâle mais présente, alors ou était le piège se demandait le chef du village, ou était le gué-tapant. Si toute la petite famille était d'accord pour suivre le père, il devrait se plier à la demande d'un condamné à mort, comme son prédécesseur avant lui, les anciens ninja avait le droit à cela, une mort honorable et une promesse faite de ne pas décevoir leur parole, foi de Kage il s'y était engagé. L'homme tourna les talons et ouvrit la porte brusquement, le fers grinca mais les gonds tinrent bon, il regarda une dernière fois Muyo dans les yeux puis parti, remontant le couloir, il appela un Anbu d'un simple mouvement de la main.

- Réunis les Kureijīshi dans mon bureau demain matin, les deux prisonniers entravés et surveillé, pour le gamin laisse le fêter son anniversaire dignement ce soir pas besoin de le brusquer, tu ira le trouver demain matin pour l'amener au prêt de ces parents fit savoir le Kage, l'homme remua de la tête et disparut comme il était venu.

Le chef du village s'arrêta devant les portes de la prison, regardant le village, un peu en retrait se bâtiment était parfait pour garder les prisonniers, mais il se demandait si les exécuter tous ne serait pas un gain de temps évident, l'exemple de Muyo était parlant, s'il les avait exécuter y a de sa deux ans déjà alors il ne se retrouverait pas avec cette stupide dette d'honneur demander par le père. Furibond, le Kage quitta la prison, essayant de s’aérer les neurones, rien de tel qu'une balade dans son village, protéger et en paix (autant que faire ce peu dans le monde ninja).

Sur un toit, Ketten observait la démarche et l'air énervé du Kage, les événement prenaient une autre tournure, son regard vint se perdre dans la contemplation de la prison. Son père avait mit une année à mettre son plan au point et il ne savait pas de quoi il retournait, au vus de l’expression du Kazekage cela ne semblait pas de bonne augure, mais il faisait une confiance aveugle à son père, le tout était de savoir comment il pourrait l'aider.

Un petit caillou vint le toucher à la tempe, il baissa les yeux, une jeune fille se tenait au pied du bâtiment qui accueillait sa présence c'était une camarade, les deux c'étaient attachés mais Ketten s'en servait pour pouvoir quitter le village. Alors il lui sourit, il sauta prêt d'elle, cachant son envie de lui demander de partir. La jeune fille le prit par le bras et l'emmena bras dessous dessus vers l'académie, il savait que la classe l'attendait pour son anniversaire, il ferait bonne figure, mais la rencontre entre le Kage et son père annonçait quelques choses de lourd pour son avenir.

La fête continua un long moment, il s'amusa, mais son esprit n'était pas là, pas avec la joie des autres qu'un vulgaire masque qui essayait de dissimuler son embarras, on lui offrit un jeu de Kunai, quelques shuriken, il lui firent la surprise d'avoir cotisé tous pour lui faire ce cadeau. Il put enfin ranger ces armes dans les rangements adéquates. Ketten sur le toit de l'académie regardait en direction de la prison, les amis étaient parti, le professeur ne le retrouvant pas avait fermé la classe, sa jeune amie était elle aussi rentrée chez elle. Enfin un peu de quiétude, son esprit imaginait mille scénario puis il les démontait mille fois, essayant de se mettre à la place de son père, mais il ne voyait pas plus loin que le bout de son nez.

Dormir, une ombre passa devant la fenêtre, puis cette dernier se déplaça le long du mur tombant doucement, en silence, il entra dans le bâtiment monta jusqu'à la porte de l'appartement de Ketten. La porte céda sous un crochetage rapide, l'ombre passa le couloir pour aller directement dans la chambre. L'être alluma la lumière, Ketten se réveilla dans un sursaut qui le fit tomber de son lit, l'enfant se retrouva en face d'un Anbu le masque de chat s'appuya contre un mur.

- Le Kazekage te demande, tu dois avoir une réunion avec tes parents dans quelques minutes habilles toi dit il, Ketten se jeta sur ces vêtements s'habillant rapidement

Ketten avait des milliers de questions, mais il savait qu'un Anbu ne dirait jamais rien même s'il se trouvait au centre de toute l'histoire. Les deux arrivèrent dans l'appartement supérieur du Kage, une imposante s'ouvrit à Ketten qui se retrouva devant ces parents, menotté et attaché à leur chaise, quand ils virent leur enfant leur visage se mirent à s'illuminer. Ketten s'approcha doucement, s'assit à coté de sa mère plaçant sa tête sur son épaule, la jeune femme baissa la tête pour avoir au moins un court contacte avec son fils.

- J'aimerais qu'on soit tous sceller dans le tombeau familiale commença le père, le Kage baissa la tête entre ses mains, il avait imaginer une autre prise de parole

La femme déglutie, l'enfant essaya de chercher le regard de son père, se dernier lui fit un rapide clin d'oeil, la clarté se fit dans le regard de l'enfant, il venait de comprendre ou voulait en venir son père, mais comment faire, Ketten se mit à chercher une solution, mais il n'en voyait pas pour le moment. Son père se pencha vers son enfant lui faisant un bisous sur le front, chose très étrange venant de la part de son père, une marque de tendresse, il baissa les yeux, entre les deux parents, personnes ne pouvait bien voir, le père fit quelques mouvement des doigts, Ketten se mit à sourire puis fit disparaître cette étrange joie. Dans certain condition, on doit se donner un signe, un point de rencontre ou aller quand on est dans le pétrin, son père venait de lui demander d'aller dans le caveau familiale, l'enfant se demandait quoi chercher mais au moins il savait ou chercher.

- Donc la question qui nous réunis aujourd'hui c'est de savoir qui est prêt à me suivre demanda le père.

Le kage ne dit rien, il avait décidé de garder le silence, ce n'était pas à lui de décider du future de cette famille. La mère regarda son maris, une vrai inquiétude dans le regard, le chef du village commençait à voir une lueur d'humanité dans ce clan qui ne semblait rattacher à l'humain plus par la forme que par le coeur.

- Et Ketten tu le scelle à jamais ? demanda la femme

- Non après avoir apprit nos secrets il sera capable de sortir dit le père, la mère semblait comprendre quelques choses qui échappait au Kage

La famille accepta au grand complet, le Kazekage leur donna trois jours pour se préparer, Ketten fut absolue de cours, autant profiter de ces derniers moment à l'air libre, sa sera le Kage qui scellera le caveau, autant dire qu'il faudra une certaine force pour les libérer. La famille fit un "oui" de la tête, unanime, aucune crainte dans le regard, personne ne semblait avoir peur de ce que proposait Muyo, mais il ne reviendrait pas sur un choix unanime.

Trois jours, Ketten parvint à entrer dans le caveau familiale deux jours après la réunion, cherchant ce que son père voulait qu'il trouve, après plusieurs heures de recherche, le jeune enfant ouvrit tout les tombeaux découvrant un secret ancien, des marionnettes, cinq, six, elles étaient très basique, pas de biologique la dedans, il allait devoir réussir à leur donner la capacité d'utiliser du chakra. Avant toutes choses, Ketten se servit de son amie pour sortir trois marionnettes du caveau puis du village, les dissimulant dans les dunes autour de Suna.

Pour les améliorer, Ketten alla se servir à l'hopital, des cadavres disparurent, parfois même des anciens encore en vie des personnes faibles et facile à détruire, tout cela pour prendre les inducteurs de chakra qu'il gréffa sur les marionnette, le jour ou il finirait par être scellé approchait à grand pas. Ketten prit le temps de faire ces adieux, alors que ces parents étaient emmené dans le caveau, il entra de lui même, les chaines et les menottes leur fut retirer, le Kage regarda l'enfant, il avait envie de le faire revenir parmi ceux qui pourront peut être lui retirer cette colère et cette inhumanité qui régnait dans son regard. Pourtant il laissa la porte se fermer devant lui, un soupir las alors qu'il déposait la main sur la porte.

Des ecritures apparuent, prenant possession de l'endroit comme un flot de lettre noirâtre. Une fois fait, tout le monde fut disperser, le Kazekage avait donné des ordres claires, il y aura toujours deux gardes devant cette entrée, au cas ou l'enfant reviendrait parviendrait à se libérer à cette triste situation. Les parents et l'enfant se regardait comme des étranger puis ils finirent par éclater de rire. Le père regarda son fils, cette fierté ne l'avait pas quitté Ketten était un digne successeur peut être arrivera-t-il à mener se clan à la place de choix qu'il devrait déjà avoir.

- Ketten on s'en va ? demanda le père

- J'ai disposé trois marionnettes avec le sceau qui appartient au sceau principal, il nous suffit de nous faire invoquer dit l'enfant

La mère sembla surpris, comprenant que l'enfant avait parfait les projets du père, un once d’inquiétude lui parcouru l'échine, craignait elle que l'enfant ne surpasse le père en force, puissance et cruauté. Il était temps de prendre une nouvelle vie en marche, pour le moment, il fallait apprendre à Ketten de nouvelle chose, le faire devenir un vrai Kureijīshi, bien qu'il avait déjà emprunter la voie. La mère fit un sourire doux quand son fils tourna un regard fière de lui dans sa direction, pourquoi ne pas partager son bonheurs, bien que cela avait du encore coûter des vies, pour le clan les sacrifices étaient obligatoire.



~~ Suite Bientôt : Errance

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketten Kureijīshi
Jounin de Suna (Nord)
Jounin de Suna (Nord)
avatar

Arrivée sur SnS : 19/04/2013
Messages : 36

STATISTIQUES RPG

NIVEAU: 3

EXPERIENCE:
16/90  (16/90)

POINTS DE COMPETENCES:
99/600  (99/600)

MessageSujet: Re: [Flash Back] Un mal nécessaire ...   Jeu 25 Avr - 9:38










~~ [Errance]~~



Ketten revoyait le sable se soulever libérant les deux marionnettes contrôlées par les parents, le sable coulait sur les corps mal fabriqué et rafistolé, il n'y avait pas vraiment de temps à perdre, les créations joignirent les mains ensemble et posèrent leur main sur le sable, des sceaux apparurent puis il y eut un bruit sourd, la famille Kureijīshi au grand complet se tenait dans le désert, loin du tombeau ou ils auraient dut être scellé. Mettant leurs vies de ninja appartenant à Suna entre parenthèse, la famille sortie du désert pour se perdre dans le vaste monde.

Durant trois ans, l'entrainement fut quotidien, pas seulement les sceaux, mais aussi la capacité inhérente à maîtriser le Kugutsu spécial du clan, dans une maisonnée dans les bois les plus reculés de toutes civilisation, les expériences, les meurtres, les combats, l'entrainement tout cela rythmait la nouvelle vie de la famille, car le clan était une amante qui ne cessait de réclamer de nouveau présent pour mieux évoluer loin des entraves de cette force humaine, elle voulait surpasser les ninja, tous les ninjas. Cette soif de puissance détruisit sa famille.

Maintenant qu'il y repensait, alors qu'il se retrouvait devant le désert qui s'offrait à lui, Suna ne les avaient pas protéger, c'était le village qui protégeait le monde de leur soif, il leur donnait des limites, il leur offrait des sentiments qu'ils devaient accepter. Les parents étaient mort dans une vindicte populaire, Ketten noyée dans la colère et la haine avait continuer les recherches de son père, avançant de pays en pays comme un vulgaire vagabond entraînant de nouvelle victimes dans son sillage jusqu'à qu'une légende naisse sur un être dévorant les autres, peut importe leur situation leur sexe ou leur age, il était la pour son clan, mais le monde se mit à le rejeter, il ne se sentait bien nul part et ne pouvait rester nul part devant se cacher pour pas que Suna apprenne leur fuite il vivait la nuit, pour ces expériences, puis sinon ces marionnettes eux avaient prit la place du jour essayant de montrer patte blanche aux habitants qui accueillait les nouveaux venu, cela ne durait jamais bien longtemps.

Ketten s'assit à la frontière là ou le sable semble empiétait sur la beauté des autres paysages, il mira les dunes un long moment essayant de se souvenir quand il avait prit le temps pour lui, autre que pour le clan et les techniques cela pendant prêt de sept ans il avait parcouru le monde et sa puissance avait été grandement amélioré, il avait quitté ce village avec le niveau d'un Genin, maintenant il était persuadé de pouvoir être du niveau d'un Juunin, peut être qu'il se vantait, il allait avoir la réponse dans peu de temps. Sa décision était prise, il devait rentrer au village, briser le sceau du tombeau sortir à l'air libre et voir les visages surpris de ceux qui savent.

Pour rentrée, le plan avait été mit en place avant même que le tombeau ne se referme sur ses parents et lui, il avait disposé des marionnettes à l'interieur du tombeau avec le même sceau, il suffit pour lui de ce faire invoquer à l’intérieur du mausolée, il s'occuperait du sceau qui retient l'entrée scellé juste après. Parcourant les dunes, il se trouva devant les murs de Suna, discret, il se contenta de contourner esquivant les portes, les gardes et les patrouilles, si il avait du rentrer par d'autre moyen, cela aurait été bien plus ardus, mais heureusement, son clan facilitait les choses. Il déposa les mains sur le sable, s'assit au centre du sceau puis la liaison se fit.

Dans les ténèbres du tombeau, les yeux s'ouvrit, les membres se mirent à grincer, une seule création se mit à se mouvoir, on put presque lire du regard si les yeux n'avaient été attaché vulgairement à un corps de bois. La marionnette se traîna au centre de la pièce, puis joignit les mains, il sentait les articulations résister, puis la chose posa la main sur le sol, Ketten disparut du désert pour arriver dans la noirceur et la fraîcheur des tombes.

Il prit son temps pour ranger, dissimulant les marionnettes de ces parents dans leur tombes, il irait déterrer ses parents pour les ramener plus tard, pour le moment le plus important c'était son retour à la vie publique. Alors que tout était prêt, les forces lui manquèrent le faisant s'asseoir sur un morceau de pierre. La tête dans les mains, il entendait ses parents sur la fin, alors que leur fuite était plus une traque que autre chose, le petit village avait été une fin terrible poursuivit comme des monstres pour une erreur, ce fut son père et sa mère qui lui permirent de fuir. Avant cela, il avait bien comprit que cette vie ne sciait guère à sa famille, il y avait quelques choses qui les dérangeaient, il repensait à Suna avec nostalgie et une certaine joie. Il dut promettre qu'il reviendrait à Suna, protégerait ce village car la-bas il y avait une force que le clan devait de posséder, bien qu'il n'avait pas comprit sur le moment, il accepta de revenir.

Posant la main sur la porte, des écritures apparurent, les sceaux c'est comme une dicté, une faute d'orthographe et ce dernier est affaiblit, Ketten regarda le sceau, il trouva six erreurs, sur six Kanji, cela formait son nom. Un sourire apparut sur ses lèvres, le Kage à toujours été un homme doux et prévoyant bien que colérique il se montrait souvent implacable de quoi faire peur et maintenir l'ordre. Ketten força le sceau faisant tomber la porte, libérant le fils comme on libère une malédiction.

Le Rang de Juunin lui fut confier car les Anbu avaient eu du mal à le maintenir, devant un Kazekage hilare de voir sa garde au prise avec un si jeune homme qui parvenait à les maintenir éloignés. Le chef du village voyait bien que ces mouvements requérait une expérience au combat, le jeune homme n'avait pas pu rester enfermer et obtenir de tel réflexe, il y a des choses que l'on apprend uniquement quand sa vie est en danger. Le Kage fit arrêté ce combat et lui offrit de devenir Juunin, mais à l'unique condition de ce plier aux devoir du Juunin. Pousser par l'adrénaline, par le passé et ce future incertain, Ketten accepta.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Flash Back] Un mal nécessaire ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Flash Back] Un mal nécessaire ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Sedai :: Villages, lieux et pays :: Royaume de Suna :: Hôpital
-
Sauter vers: